Besoin de nous contacter ? • Par email : info@funfactory-party.com • Par téléphone :+33 6 65 34 61 21

La revue de presse: Sexe au féminin, tour du monde du sexe et oublis dans le métro

Retrouvez toute l’actualité des sextoys, de la sexualité et du couple…

Témoignages

Comme chaque été, les médias nous gâtent avec des séries sur la sexualité. Le quotidien suisse Le Temps nous propose peut-être la meilleure de l’année avec « Sexe au féminin ». Des femmes de 17 à 67 ans se confient sur la manière dont elles vivent leur sexualité, ce qu’elles aiment, comment elles ont été éduquées… Les confidences vont assez loin dans les détails et dressent un tableau à la fois intime et sociologique de plusieurs générations de femmes. De Mathilde, 17 ans, qui « ne suce pas parce que ça fait p* », à Barbara, 50 ans, qui a redécouvert les joies du cunnilingus, chaque témoignage apporte son lot de sourires et surtout matière à réflexion.

Tour du monde

De son côté, l’hebdomadaire français Le Point nous propose de faire un tour du monde du sexe, en nous relatant les traditions les plus originales liées à la sexualité. Saviez-vous que chez les Kreungs, un peuple du Cambodge, les jeunes filles disposaient, dès l’âge de 13 ans, d’une hutte pour recevoir les prétendants au mariage et les « tester » en toute discrétion ? Que chez certains Papous, les jeunes garçons sont soumis à un rituel de passage à l’âge adulte au cours duquel ils doivent boire du sperme ? Et que dans les îles Chuuk, en Micronésie, la beauté d’une femme est mesurée par la couleur et l’aspect de ses lèvres vaginales ? Un tour du monde bien curieux qui permet de prendre du recul sur nos conceptions occidentales de la sexualité.

Oups, j’ai oublié un truc…

Ceux qui prennent le métro savent que l’on peut y trouver des objets plus ou moins originaux oubliés par leurs propriétaires. A Londres, ce sont carrément des sextoys qui ont été retrouvés par la régie des transports londoniens, rapporte Konbini. Pas moins de 35 sextoys ont été retrouvés dans les rames de métro, les bus ou les tramways de Londres en 2016. Pour la moitié d’entre eux, ils ont été récupérés par leur propriétaire tête-en-l’air.